Qu'est-ce que l'A.C.M.O. ?

L'A.C.M.O. est une association à but non lucratif (loi 1901) créée en février 2000. Son nom complet est « Association Cyrno-Méditerranéenne d'Orchidologie ». Pour barbare qu'il soit, ce nom est assez explicite : l'association se propose d'étudier les Orchidées sauvages de Corse dans un premier temps, puis du bassin méditerranéen par la suite. Le but est bien entendu la préservation de toutes les espèces présentes sur l'île et la transmission de ce principe au grand public.

Ses membres fondateurs proviennent d'horizons professionnels très divers (Université de Corse, O.N.F., D.D.E., O.E.C., Éducation nationale, Informatique, ...) mais tous partagent une même passion : les orchidées sauvages. Si vous êtes prêts à tenter l'aventure d'une telle lecture, nos statuts sont disponibles en ligne.

Pourquoi ?

De tout temps les orchidées ont fasciné les hommes de science, ou tout simplement les « curieux de nature », car comme l’a dit Maeterlinck, « C’est parmi les orchidées que nous trouvons les manifestations de l’intelligence végétale ».

En effet, ces plantes se caractérisent par une biologie très particulière et complexe : relation symbiotique avec des mycorhizes (ou « champignon-racine »), reproduction non sexuée ou au contraire sexuée, faisant le plus souvent intervenir des pollinisateurs, etc. On notera par exemple le cas des Ophrys dont la forme, la couleur, la pilosité, voir l’odeur du labelle forme un leurre destiné à attirer les Hyménoptères mâles à la recherche de femelles. Lors de la tentative d’accouplement, les pollinies (ou sacs de pollen) sont déposées sur le corps de l’insecte, et ainsi transportées jusqu’à une autre fleur (reproduction croisée).

Toutefois, malgré l’intérêt suscité par ces plantes si « inventives », il est rare que le public connaisse ces fleurs pour ce qu’elles sont. En effet, leur présence en Corse – avec un nombre d’espèces loin d’être négligeable - est souvent méconnue. Quand on parle d’orchidées, la plupart des gens pensent aux espèces exotiques commercialisées par les fleuristes, et ne sont pas conscients des merveilles (certes de taille souvent discrète) disposées à leur pieds. Plus grave, ils n’ont pas conscience qu’il s’agit d’espèces potentiellement menacées, et certains en font la cueillette. Par exemple, les Céphalanthères blanches sont cueillies car elles sont confondues avec le muguet, pourtant absent de la végétation sauvage de la Corse.

Comment ?

Pour atteindre notre objectif de préservation des orchidées et de leur environnement, notre action ne se veut pas une « mise sous cloche » des lieux où elles prospèrent.

Tout d'abord, cela serait du militantisme aveugle, et ensuite cela irait contre l'intérêt même de ce que nous voulons préserver. En effet, les orchidées sont extrêmement sensibles à leur habitat. Un changement, même léger ce celui-ci peut faire disparaître définitivement une espèce. Et nous savons bien que les lieux mis « sous cloche » ne tardent pas à retourner au maquis, pas toujours favorable aux orchidées.

Nous croyons davantage à des méthodes d'action plus orientées vers la sensibilisation notamment du public, et la collaboration avec les organismes chargés de l'aménagement du territoire.

Nos actions sont orientées selon cinq axes principaux :

Avec qui ?

Nous sommes le correspondant régional de la Société Française d'Orchidophilie, avec laquelle nous travaillons sur divers projets (cartographie, articles sur des espèces délicates,...).

De plus, nous souhaitons collaborer avec un grand nombre d'organismes officiels, afin de contribuer à la mise au point de politiques de gestion cohérentes : D.R.E.A.L., O.E.C., O.N.F., Conseils Départementaux, P.N.R.C, Conservatoires, Mairies, autres associations...

Nos atouts

1
Établie à partir d'observations validées par nos membres, cette cartographie est administrée dans un Système d'Information Géographique nous permettant d'échanger aisément des données avec nos partenaires. Sa pérénité est assurée par l'utilisation d'un format de fichier ouvert.
2
Il a été réalisé lors de nos prospections. D'une grande qualité technique − nous vous laisserons juges de leur qualité artistique − les photos en notre possession couvrent la plupart des taxons signalés en Corse. Contactez-nous si vous désirez commander des clichés.
3
Cette nouvelle version de notre site Internet se veut plus qu'un outil de communication : il nous permet également de collecter vos observations pour que nous puissions les valider puis les intégrer à notre cartographie. Vos observations sont préciseuses. Rendez-les utiles.

Le bureau

Accompagnateur en montagne, il assure la Présidence de l'association.
Retraité de la fonction publique, il assure la fonction de cartographe et est le Vice Président de l'association.
Ingénieur en Informatique, il est en charge du fonctionnement du site WEB et est le Trésorier de l'association.
Secrétaire-Comptable dans le secteur du bâtiment, elle est Trésorière adjointe de l'association.
Naturaliste passionnée et professionnelle, Cécile assure le secrétariat de l'association.
Retraitée, elle est membre du bureau où elle assure la fonction de Secrétaire Adjointe